Clovis Ier

Les Iles de Clovis
%TRADUC%

Histoire de Clovis Ier


Clovis à Soissons (486).


— CLOVIS allait profiter de ces dispositions. En 486, il quitta Tournai et vint dans les terres de Syagrius pour y faire du butin. Il vainquit ce « roi des Romains », comme l'appelle Grégoire de Tours, et prit son royaume. Il eut bientôt Paris pour capitale.

A Soissons, les guerriers de Clovis partagèrent les richesses conquises. Il s'y trouvait un vase d'une grande beauté pris dans l'église de Reims; l'évêque de cette ville, REMI, le demanda. Clovis pria ses compagnons de le lui remettre; l'un d'eux le fracassa en s'écriant : « Tu n'auras que ce que le sort te donnera..» Le roi dut contenir sa colère; mais l'année suivante, dans une revue, il trouva les armes de ce guerrier malpropres; il les jeta à terre, et, comme l’homme se baissait pour les ramasser, il lui fendit la tête d'un coup de hache : « C'est, dit-il, ce que tu as fait au vase à Soissons. » Il apparaît donc que Clovis tenait à faire plaisir à un évêque : peut-être se rendait-il compte de la puissance du clergé en Gaule.

En 493, il épousa une princesse catholique, CLOTILDE, nièce du  roi des Burgondes, Gondebaud. Il était resté jusque-là fidèle à ses dieux païens ; Clotilde s'efforça de le convertir au catholicisme, obtint de faire baptiser ses deux enfants et fut encouragée dans son apostolat par l'évêque de Reims.

Clovis et les Alamans (498).


-Dans la quinzième année de son règne, Clovis fut appelé par un de ses parents, SIGEBERT, roi de Cologne, contre les Alamans qui venaient de le vaincre à Tolbiac. Clovis marcha vers le Rhin et rencontra les barbares au -delà des Vosges. La bataille fut sanglante; un moment, les guerriers francs plièrent; Clovis invoqua, le Dieu de Clotilde : « Jésus-Christ, dit-il, si tu m'accordes de vaincre ces ennemis, je croirai en toi et serai baptisé en ton nom. » Il ramena ses compagnons au combat et vainquit les Alamans, qui s'enfuirent jusqu'aux frontières d'Italie. Fait important : c'était le premier refoulement de la barbarie, la première étape de la conquête franque au- delà du fleuve.

Conversion de Clovis (498).

— Défaite des Burgondes et des Wisigoths. — Clovis fut fidèle à la promesse qu'il avait faite pendant la bataille; il se fit instruire par saint Remi et se convertit au catholicisme avec 3 000 des siens (496). Désormais la fusion était possible entre les Francs et les Gallo-Romains, de même religion. L'œuvre de Clovis devait être plus durable que celle de Théodoric et des autres chefs germains.==> Le 25 décembre 498 Clovis roi des Francs est baptisé avec 3000 guerriers à Reims par l'évêque Saint-Remi.

Sa conversion lui valut immédiatement de rapides succès. Les évêques de la Gaule appelèrent à eux le roi catholique des Francs. Il marcha d'abord contre Gondebaud, le vainquit à Dijon (500), et le poursuivit jusqu'à Avignon. Le roi des Burgondes s'engagea à payer un tribut annuel ; son royaume ne fut pas encore détruit.

Clovis se tourna ensuite contre les Wisigoths. Il vainquit et tua Alaric II près de Vouillé (507), et, grâce à la connivence des évêques du midi de la Gaule, il ne tarda pas à occuper tout le pays jusqu'aux Pyrénées, sauf la Septimanie et les rivages de la Méditerranée. Les rois wisigoths portèrent leur capitale de Toulouse à Tolède.


Clovis maître de la Gaule. —


Clovis fit périr par la ruse ou par la violence la plupart des petits rois des autres tribus franques : RIGOMER du Mans, CHARARIC de Thérouanne, RAGNACAIRE de Cambrai, SIGEBERT et son fils CLODERIC de Cologne, et il étendit sa domination jusqu'au Rhin. « Dieu, dit l'évêque saint Grégoire de Tours, faisait tomber tous les ennemis de Clovis, parce qu'il marchait le cœur droit devant le Seigneur et faisait les choses qui sont agréables à ses yeux. » Car Clovis s'illustra par de nombreuses fondations pieuses, fit de riches présents aux églises et aux monastères.

 Il était devenu le vrai chef de la population romaine catholique ; il paraissait à ses yeux revêtu de la tunique de pourpre et de la chlamyde, semblable à un patrice ou à un consul. Il semblait gouverner la Gaule au nom de l'Empire et avec l'appui de l'Église.

— Les fils de clovis.

— Mais en devenant chrétiens, les Francs Mérovingiens n'avaient pu se défaire tout d'un coup de leur barbarie. Ils conservèrent en Gaule les mœurs rudes de la Germanie, auxquelles ils mêlèrent la dépravation romaine; leur barbarie et leur corruption furent bientôt aggravées par des guerres civiles atroces.

A la mort de Clovis, ses-quatre fils se partagèrent son royaume comme une propriété privée, selon la coutume salique : THIERRY eut Reims; CLODOMIR Orléans; CHILDEBERT Paris ; CLOTAIRE Soissons. Ils reçurent en outre chacun une partie du Midi.

 Ces princes continuèrent l'œuvre guerrière de leur père. Thierry conquit la Thuringe; son fils THÉODEBERT fit une expédition en Italie et garda la plus grande partie de la Provence; le fils de Théodebert, THÉODEBALD, ne laissa pas d'enfant. CLODOMIR fut tué dans une guerre en Burgondie; deux de ses fils furent massacrés par Childebert et Clotaire; le troisième, Clodoald, se fit moine et est devenu saint Cloud.

Childebert et Clotaire achevèrent la conquête de la Burgondie (534) ; ils enlevèrent ensuite la Septimanie aux Wisigoths. Toute la Gaule était désormais délivrée des ariens; l'œuvre de Clovis était accomplie.Clovis Ier, né en 466 et décédé à Paris, le 27 novembre 511, Il fut roi des Francs Saliens et puis roi de tous les Francs de 481 à 511.

Fils de Childéric Ier, roi des Francs saliens de Tournai et de la reine Basine de Thuringe, il est issu de la dynastie des Mérovingiens.

Considéré comme l'un des personnages les plus importants de l'histoire de France ; le courant républicain en fit le premier roi de ce qui était devenu la France à partir du XIIIe siècle, et la tradition monarchiste vit en lui le premier roi chrétien du royaume des Francs.

De Clovis à Louis : Clovis, c'est chlod-weg, en allemand, célébré et célèbre par ses combats titanesques. Romanisé, ce nom est devenu : Hlodovicius, puis Clodovicius qui à son tour donna Clouis. Puis de Clouis est né Louis, nom porté par dix-huit rois de France et bien sûr par de nombreux français… ==> Clovis

La Construction des Iles de Clovis

« Les Iles de Clovis », nouveauté du Grand Parc du Puy du Fou, près de 50 huttes à colombage forment un nouvel espace. Dix plans d'eau reliés par des chutes et des cascades parcourent les huttes sur pilotis.

Rappelant l'époque des mérovingiens, elles restituent le décor et l'atmosphère d'antan, des villages de l'histoire des Francs. A l'intérieur des 100 chambres de 5 lits, des vasques de granit, des lits en chêne et des mobiliers en bois.

Petit tour d'horizon de ces cahutes dont les murs sont en préfabriqués Sybois et les menuiseries réalisées par Millet.

Inaugurées le 6 mai 2010, cet espace hôtelier de la Cité Nocturne du Puy-du-Fou a été construit au centre d'un bocage vendéen. Montés sur pilotis, les cahutes représentent des types d'habitation de l'époque mérovingienne, structure à colombage, toit de chaumes.

Pour la réalisation de ce parc très particulier, le maître d'ouvrage a établi un appel d'offre privé, en optant pour l'entreprise CMB, Construction Millet Bois, concernant le lot menuiseries et le lot structure bois.

C'est à travers le développement du parc et de la volonté de continuer les spectacles autour du thème « voyage dans le temps » que le maître d'ouvrage a initié ce projet. Faisant suite au village « La Villa Gallo-Romaine » dont l'ouverture eu lieu en 2007, l'idée de poursuivre le voyage à travers le temps s'est précisée vers celle de Clovis, avec « Les Iles de Clovis ».

Vaste programme immobilier pour un concept d'hôtel étonnant, et dont la structure bois est l'élément essentiel et dont la conception est orientée à l'époque mérovingienne. Architecte, paysagistes composant l'équipe de la maîtrise d'ouvrage se sont affairés sur le projet. Très vite l'idée de petite chaumière en bois à colombages et montées sur pilotis a germé. Des cahutes aux beaux milieux de marais surmontés de pontons pour y accéder.

A l'intérieur des chambres tout confort, décoration mérovingienne avec vasque en granit, sommier et mobilier en bois de chêne.

Bâtis sur sept hectares et répartis sur dix plans d'eau remplis de poissons, prairies et pâturages agrémentés de bétail qui paissent en liberté.

La structure des cahutes est constitue d'un mur préfabriqué Sybois, filiale du Groupe Millet, dont les dimensions en longueur sont de 8 mètres, 3 mètres de hauteur, et d'une épaisseur de 120 mm.

Le pan de mur est composé d'une ossature bois et d'un complexe d'isolation thermique en ouate de cellulose. La finition extérieure a été réalisée à la suite sur site pour exécuter le décor colombage et l'enduit de finition.

Les menuiseries telles que les portes d'entrées ont été intégrées aux murs préfabriqués Sybois.

Le bois utilisé, certifié PEFC, est un chêne déclassé afin de reproduire les irrégularités de l'époque et dupliquer l'aspect usé et bucolique pour l'ensemble de l'opération.

Le montage des cahutes par ce procédé de préfabrication n'a duré que quatre mois, au total près de 100 portes d'entrée, en chêne, près de 100 fenêtres CAMILLE en chêne, de 100 coulissants à galandage ont été ainsi installés sur le site, plus de 10.000 m2 de murs Sybois ont été disposés.

Chêne déclassé pour aspect rustique
Pour la réalisation de la structure des huttes, le maître d'oeuvre a opté pour un système de mur préfabriqué Sybois, de 8 mètres de long, 3 mètres de hauteur et 120 mm d'épaisseur. Ce mur est composé d'une structure ossature bois et d'une isolation à base de laine de verre ou de ouate de cellulose. La finition externe, en pan de bois et enduit, a été réalisée sur place. Dans ce projet, le système a été complété par l'enchâssement en usine de deux types de menuiseries : un coulissant en aluminium prélaqué 44.2/8.44.2, 215 x 120 et une fenêtre à frappe en chêne certifié PEFC, 58 mm vitrage 4/16/4, 80 x 60. Les portes d'entrée en bois ont été intégrées aux murs directement sur le chantier. Pour reproduire l'aspect vieilli et rustique sur l'ensemble des constructions, un chêne déclassé présentant des irrégularités à été utilisé. Au total, ce sont 100 portes, 200 fenêtres et plus de 10.000 m2 de murs préfabriqués SYBOIS qui ont été posés.
Avec près de 10.000 m2 de chaumes posées sur les 50 huttes du complexe et des bâtiments communs (réception, restaurant, etc...), Les Iles de Clovis représentent, en volume posé, le plus important toit de chaume de France. Il aura fallu faire appel à plus de 3 entreprises de chaumiers pour la fourniture de l'ensemble du lot.

http://www.batiweb.com/actualites/reportagesinterviews/diaporama-prefabriques-et-menuiseries-bois-pour-des-huttes-merovingiennes-21-09-2010-16755.html