Grasla

La Guerre de Vendée en tournage

Le scénario s'inspire de faits historiques, autour d'un coffre rempli d'or, débarqué sur la côte vendéenne à destination de Charette, et acheminé vers la forêt de Grasla au cours du mois d'août 1795. Même si la météo ne se fait guère estivale, le réalisateur reste optimiste.

Son approche des événements ne s'adresse pas particulièrement aux férus d'histoire, mais plutôt à un large public, aux jeunes surtout, qui devraient être séduits par l'intrigue. Erick Dick a une autre ambition, celle de ne tourner qu'avec des acteurs bénévoles et amateurs, tout en conservant un format professionnel. Les moyens forcément limités nécessitent parfois de l'astuce et de l'imagination, comme lorsqu'il a fallu « maquiller » une baleinière moderne pour lui donner l'aspect d'un authentique bateau en bois.

Côté authenticité justement, on ne peut que le féliciter d'avoir choisi de véritables paysages vendéens comme toile de fond de son récit. Ce n'est hélas pas le cas de productions pourtant mieux pourvues.

Le tournage se prolongera jusqu'à la fin du mois de novembre, pour une sortie prévue courant janvier 2013. Le film A bout de bras sera alors projeté sur les écrans vendéens, « dans les villes qui le voudront », précise Erick Dick. Les recettes seront consacrées à la réalisation d'un nouveau film sur la Vendée. Il ne reste plus qu'à encourager cette initiative...

Source : Ouest-France, édition Vendée Ouest, mardi 23 octobre 2012