Le Fort de l'An Mil, histoire


La motte castrale

Le Fort de l'An Mil au Puy du Fou et Guédelon (les Vikings)

Le Fort de l'An Mil au Puy du Fou

Le Fort de l'An Mil est composé d'un petit groupe de chaumières entouré de fortifications et protégé par un donjon et des tours.
Dans le village, on découvre une bijouterie, une coutellerie, une forge et une petite chaumière montrant un habitat typique (chambre avec cheminée) ainsi que quelques chèvres et moutons.

L'an mille ou an mil désigne l'an 1000 de l'ère chrétienne.

Le Fort de l'An Mil_de_Guedelon_au_Puy_du_Fou

La période voit la géopolitique occidentale et orientale en mouvement à la suite des guerres et des invasions. Ces dernières favorisent, à cette époque, les échanges de savoir et font évoluer les niveaux techniques et culturels. Dans le domaine de l'art, les prémices de l'art roman arrivent dans les édifices religieux. Les premiers monastères clunisiens apparaissent ; ils étendront leur influence importante sur les terres chrétiennes.

L'an mille correspond à l'apogée de l'âge d'or de la culture arabo-musulmane qui s'étend sur trois continents, et qui se transmettra plus tard à l'Occident à travers notamment les traductions latines du XIIe siècle.

En Chine, c'est le début de la dynastie Song qui ouvre une période de prospérité.

La motte dans les archives

Dès leur débarquement sur le sol anglais, les Normands construisent une motte (à gauche). Tapisserie de Bayeux, fin du XIe siècle.

Les fonctions de la motte ( résidentielle et militaire)

motte_cadastral_feodal fort_de_l_an_mil_puy_du_fou

La motte castrale est typiquement un ouvrage de défense médiéval ancien, composé d'un rehaussement important de terre rapportée de forme circulaire, la « motte ». Il existe plusieurs formes d'édification de ces ouvrages, souvent appelés à tort « motte féodale », il en existe dans toutes les régions d'Europe.

La plupart du temps le tertre était entouré d'un fossé, le sommet était occupé par une forte palissade. Un fortin de bois y était aménagé avec une tour de guet analogue à un donjon. La motte est considérée comme un château fort primitif.

En Europe occidentale, au Xe siècle, l'armée carolingienne devient trop lourde pour répondre aux rapides raids vikings et sarrasins. La défense s'organise donc localement autour des mottes, rapides à construire, et qui utilisent des matériaux peu coûteux et disponibles partout. Progressivement se distingue ainsi une élite guerrière dont la motte castrale matérialise l'autorité. Le seigneur assure la protection d'un axe commercial ou économique (souvent un village) et la motte devient l'élément fort de l'organisation spatiale de l'an mil. Elle peut servir également de résidence seigneuriale et favorise la vie économique. L'émergence du pouvoir banal sur l'ensemble du territoire au début du XIe siècle est un élément supplémentaire favorisant la généralisation des mottes qui se développent surtout à partir du XIIe siècle selon Jean-Marie Pesez.

Le témoignage du chroniqueur Lambert d'Ardres prouve qu'une construction en bois n'exclut pas un certain confort d'aménagement : plusieurs chambres, logis, celliers, magasins à provisions et chapelle, le tout sur trois niveaux. Pour André Debord, « la motte n'était pas l'habitat caractéristique de la petite chevalerie de village (…) de trop médiocre fortune pour pouvoir fonder une seigneurie châtelaine ». Le chevalier (miles) résidait selon lui « plutôt dans une grosse ferme pourvue de quelques éléments de défense ».

On sait aussi aujourd'hui, grâce à l'archéologie qu'un « château à motte », bâti pour durer, connaissait un certain nombre de phases. En 2004, des archéologues ont découvert une demeure en bois avec tous les vestiges de la vie quotidienne du XIe siècle à Pineuilh (Gironde). Les fouilles ont confirmé une occupation médiévale de la fin du Xe siècle à la fin du XIe siècle. On a déterminé qu'à partir de 978, la première habitation est construite au centre de l'enclos, puis en 981, elle est remplacée par un grand bâtiment assis sur des poteaux de bois, en activité jusque vers 107046. Les fouilles de Doué-la-Fontaine (M. de Boüard), ont révélé aussi le renforcement d'une aula (salle) carolingienne par emmottement de ses murs dont les ouvertures ont été préalablement obstruées et qui ont été surélevés en vue de la transformer en véritable donjon.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Motte_castrale

Le donjon peut servir de tour de guet

Le donjon peut servir de tour de guet