Michel Carliez

Michel Carliez

Michel Carliez

Michel Carliez a collaboré à des films aussi différents que Bon voyage de Jean-Paul Rappeneau, Sur mes lèvres de Jacques Audiard, Le Hussard sur le toit ou encore Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau.

Comment êtes-vous devenu cascadeur ? Je crois savoir que votre père l'était aussi.
Un peu comme le cirque, la cascade est une discipline familiale. Il n'est pas rare en effet de trouver des fils de cascadeur qui reprennent le flambeau de leur père. Mon cursus a donc été un peu orienté : j'avais quelqu'un auprès de moi pour m'indiquer la marche à suivre. Quand j'étais enfant, on me disait sans cesse que je ferais comme mon père, ce qui a forcément entraîné un certain rejet de ma part. Je ne me suis intéressé à la cascade que vers dix-sept ans, parce que j'étais sportif. Mon père m'a alors conseillé. Parallèlement, j'ai suivi des cours d'art dramatique, car il est important de pouvoir jouer, puisque l'on est destiné à être la doublure d'un acteur. J'ai également passé un diplôme d'Etat d'éducateur sportif : en tant que coordinateur de cascades, on est en effet amené à enseigner, en particulier aux acteurs. Et bien que la cascade soit assez éloignée du milieu sportif, la pédagogie est sensiblement la même. En outre, comme il n'y a pas de diplôme de cascadeur, un diplôme d'éducateur sportif est bienvenu pour tranquilliser

..........................

Au Puy du Fou

Célèbre maître d'armes pour le cinéma et cascadeur français, Michel Carliez pointe cette semaine la lame de son épée sur les futurs saisonniers du Grand Parc. Une vingtaine de jeunes s'apprêtent ainsi à réaliser une formation préparatoire aiguisée au combat à l'épée.

..............................